Site de l'USPPM

banniere_animee.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2018 portés à notre  connaissance: 

66 blessés en 2018

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 2017

Vernon : un policier municipal grièvement blessé lors de la manifestation lycéenne

Un agent de police municipale a été blessé par un projectile entraînant une fissure et une plaie au niveau du crâne, hier matin, lors d’une manifestation de lycéens, à Vernon.

https://www.paris-normandie.fr/vernon/vernon--un-policier-municipal-grievement-blesse-lors-de-la-manifestation-lyceenne-PP14289251?fbclid=IwAR2e48Yk7BL1QPMfG8HXZJUlXAfyc69oIVWGqrVo_JGR8RaRSuhtzVTO4XY

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE MAIRE D'HOSSEGOR

Note utilisateur:  / 0

A TOUS CES MAIRES QUI DANS LEUR COMMUNE REDUISENT AU RANG DE BALAYEURS OU DE JARDINIERS LEURS POLICIERS MUNICIPAUX

N’en déplaise à ces élus, les policiers municipaux assurent une mission de sécurité publique et à ce titre ont des obligations que la loi leur impose ce qui naturellement les expose sans aucun doute à des risques.

Rendre les policiers municipaux au rang de jardiniers ou de balayeurs dans nos communes c’est un affront fait à la mémoire de nos 14 collègues depuis 1986 tombés victimes du devoir pour avoir assuré la sécurité des autres, assurer simplement avec courage la mission de sécurité publique confiée par les textes.

Des collègues qui comme Aurélie FOUQUET ou même Clarissa JEAN PHILLIPPE, les premiers au contact des faits n’ont pas eu le temps de faire appel ni à la Police ni à la Gendarmerie Nationale et rempli avec courage la mission qui était la leur, celle d’assurer la sécurité des autres. Véritas

Les déclarations de ces politiques frisent la bêtise. Une bêtise affligeante à laquelle depuis fort longtemps nous sommes habitués et rompus. Une bêtise qui a  conduit au sacrifice inutile de ces collègues. Une bêtise qui a couté trop cher en vies humaines et pas seulement en terme de policiers municipaux.

Ces élus doivent avoir pleinement conscience et ne pas se bercer d’illusions,  désormais les seaux de larmes ne seront plus le seul lot de consolation avec une médaille sur un cercueil pour les seules familles de nos collègues qui pourraient tomber victime du devoir. Des élus qui pourraient être conduits demain à expliquer dans un conteste particulier leurs choix en matière de moyens devant les juges d’instructions. Car si le principe de la libre administration leur laisse la liberté en terme de choix des moyens, la loi de manière laconique laissant libre cours ainsi à toute interprétation, leur impose toutefois d’assurer la sécurité des fonctionnaires placés sous leur autorité et de prendre toutes les mesures utiles . Des choix qui seront sans aucun doute appréciés souverainement par les magistrats au cas par cas le moment venu. Des maires qui pourraient alors verser des seaux de larmes à leur tour mais en prison.

Si par ignorance aucune action en justice n’a été conduite depuis 1986 pour rechercher la responsabilité des employeurs publics, ces élus ne doivent plus se bercer d’illusions, nous ferrons en sorte que la solidarité des policiers municipaux s’exerce le jour venu pour nous permettre de faire dire le droit avec toute la détermination.

Pour terminer notre propos, nous savons depuis la nuit des temps qu’en l’état de la science il est sans aucun doute impossible de faire d’un âne un pur sang et que si certains ont usé leur céans sur les prestigieux bancs de l’ENA (Ecole Nationale de l’Administration ) d’autres n’ont pas eu cette chance et usés leur fond de culotte sur les bancs de l’ENA (Ecole Nationale des Anes), c’est ainsi.

 

LE BUREAU NATIONAL

Téléchargements : 22

LES MAIRES POURRAIENT-ILS EN L’ETAT DE LA LEGISLATION METTRE EN OEUVRE UNE BRIGADE ANTI-CRIMINALITE (BAC) ?

Note utilisateur:  / 1

LES MAIRES POURRAIENT-ILS EN L’ETAT DE LA LEGISLATION METTRE EN OEUVRE UNE BRIGADE ANTI-CRIMINALITE (BAC) ?

A l’image des brigades anti criminalité (BAC) de la Police Nationale pour assurer une meilleure sécurité publique les maires pourraient-ils en toute légalité faire assurer la surveillance de l’espace public par des unités en civil ?

La réponse apparaît affirmative.

En effet, il suffirait aux élus locaux de recruter en lieu et place de policiers municipaux qui ne peuvent qu’exercer leur fonction en tenue d’uniforme et utiliser des véhicules sérigraphiés, de recruter des gardes champêtres, d’ailleurs disposant de pouvoirs judiciaires plus étendus.

Des gardes champêtres qui en l’état de la règlementation ne sont astreints à aucun port de tenue d’uniforme dans l’exercice de leur fonction, à l’exception d’une plaque comportant la mention « LA LOI » et d’un képi, autant dire en civil. Des gardes champêtres pouvant librement en l’absence de toute règlementation en ce sens circuler à bord de véhicules non sérigraphiés, des véhicules banalisés. Des gardes champêtres disposant du droit de port d’arme dans l’exercice de leur fonction.

Un recrutement possible quelle que soit la strate démographique de la commune aucune limite ne fixant le seuil d’habitants au delà duquel il serait impossible à une commune de recruter un garde champêtre.

Il est donc dans ces circonstances particulièrement surprenant que des maires puissent en toute illégalité ici où là mettre en œuvre de pseudo-gardes locales composées de contractuels et ainsi faire naître la polémique et prendre le risque de voir sanctionné une telle décision par la justice administrative.

Aujourd’hui la seule difficulté pour les maires serait sans doute, faute de concours spécifique, de pouvoir recruter des gardes champêtres en nombre pour mener à bien la mise en œuvre de véritables BAC municipales.

Un tel constat ne peut que nous conduire à nous interroger sur ce qui motive les maires de nombreuses communes rurales où la délinquance semble être particulièrement active à doter le garde champêtre d’une tenue d’uniforme de « POLICE RURALE » un corps qui n’a aucune existence légale, d’un véhicule comportant une sérigraphie d’ailleurs bien souvent également illégale en ce quelle reprend des éléments exclusifs de la police municipale, le rendant ainsi parfaitement identifiable et repérable aux yeux de tous y compris des petits délinquants aux aguets ?        

 
Vignettes :
Téléchargements : 23

Reponse de la CNIL (Videosurveillance)

Note utilisateur:  / 1

Réponse de la CNIL concernant le detournement de finalité de certaines cameras de video suveillence

courrier CNIL 1

L'USPPM en ordre de bataille

Note utilisateur:  / 1

L'USPPM a organisé les 22 et 23 mai dernier à LUNEL une formation destinée à ses délégués. Ont été abordées pendant ces deux jours les questions d'ordre légal concernant l'exercice du droit syndical au sein des délégations puis une formation juridique sur le statut du fonctionnaire territorial.

Bernard VELLUTINI passionné de droit administratif a pu transmettre ses connaissances en matière de défense des agents. Les délégués présents ont pu se perfectionner et sauront ainsi mieux répondre aux attentes des adhérents en matière procédures disciplinaires et autres questions sur leur statut.

Nous ne pouvons qu'espérer que la relève se trouve au sein de ces stagiaires qui vont prendre le temps sans doute de digérer cette formation. Qu'ils se rassurent nous seront toujours disponibles pour les épauler. En espérant que d'autres nous rejoingnent pour partager cette formidable aventure qui dure depuis bientôt 50 ans.

 

Positionnement hiérarchique illégal

Note utilisateur:  / 1

Courrier transmis à Monsieur le Maire de Chambery concernant le positionnement hiérarchique illégal du directeur de cabinet ayant fonction de directeur de police municipale

L'USPPM saisi le président de la CNIL puis Ministère de l'Intérieur détournement de finalités

Note utilisateur:  / 0

saisine CNIL détournement de finalité vidéo protection page 001saisine ministre détournement de finalité vidéo protection page 001 

L'USPPM RECUE A L'ASSEMBLEE NATIONALE

Note utilisateur:  / 0

L’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux (USPPM) le plus ancien syndicat professionnel de policiers municipaux a été le premier à être reçu dans le cadre d’une mission parlementaire chargée de réfléchir au renforcement de la coopération entre les acteurs publics et les acteurs privés de sécurité. Elle porte sur plusieurs axes :

  •  La répartition des tâches entre les forces nationales et les forces de sécurité privée ;
  •  Le champ d’intervention des forces de sécurité privée ; · 
  • Le partage d’information et de renseignements entre les différents acteurs

Cette audience a eu lieu à l’Assemblée nationale (salle 7326, 101 rue de l’Université à Paris). Le 22 fevrier 2018 à 10h30, M.Jean-Michel FAUVERGUE, Député de Seine-et-Marne et Mme Alice THOUROT, Députée de la Drôme Ont été très attentifs aux propos tenus par M. Guillaume MANY chargé des relations publiques au sein de l’USPPM et nous ont remercié pour la rapidité de notre réponse , les sujets abordés ont été les suivants :
Le volet social, la rémunération des policiers municipaux et les pensions de retraites, raisons pour lesquelles nous demandons l’ouverture de négociations avant toute implication dans la PSQ, Monsieur Fauvergue a été très surpris de la faiblesse des salaires et des pensions accordées aux policiers municipaux et nous a assuré que cela allait en être discuté.
L’armement des policiers municipaux semblerait être un sujet épineux, selon les déclarations de Monsieur FAUVERGUE, car là encore le principe de la libre administration des collectivités territoriales est un frein à toute généralisation.

L’abrogation des dispositions relatives au double agrément dans l'Article L.412-49 du nouveau Code des Communes, résultant de l'Article de la Loi N°99-291du 15/04/99. Agrément unique du Procureur a attiré l’attention de nos interlocuteurs.

Les moyens de locomotion ont été egalement abordés et notamment les véhicules de service en mauvais état, il a été souligné que cela était de la responsabilité des élus employeurs.
Difficile de pouvoir envisager une participation efficiente des policiers municipaux à la PSQ dans les conditions actuelles, seules certaines communes pourront y participer pleinement.
Des échanges tres courtois et constructifs, l’USPPM a été écouté concernant la création d’une école nationale de police municipale, la bonification d’ancieneté de un an tous les cinq ans ainsi que le rétablissement pour les policiers municipaux de la médaille d’honneur de la Police Française, ce qui laisse présager d’autres rencontres.

Le bureau national de L’USPPM

 

COMMUNIQUE REUNION page 001 

Sous-catégories

  • Le Site
  • Quelques Références

    L'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux est à l'origine de nombreuses jurisprudences permettant la défense de policiers municipaux.

    Voici un florilège de celles-ci, diverses et variées; elles prouvent l'implication du syndicat quant à la défense du cadre d'emploi de la police municipale.

  • L'USPPM c'est Quoi?

    Présentation de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, Premier Syndicat de défense des Policiers Municipaux. Depuis 1970!

    Faire dire le Droit!

  • Les Membres du Bureau
    Présentation des Membres du Bureau National de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux
  • Les Délégués
    Présentation des Délégués de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.