Site de l'USPPM

banniereusppmrevue.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Blessés en service en 2018 portés à notre  connaissance: 

41 blessés en 2018

Rappel: 87 en 2012, 69 en 2013, 92 et 1 mort en 2014, 84 blessés et 2 morts en 2015, 41 en 2016, 53 blessés et 2 morts en 2017

 Poitiers : Une policiere municipale blessee et 2 commerçants agresses tour a tour en marge d'un concert.

Une patrouille de la Police Municipale est intervenue vers 1 heure du matin pour faire cesser une rixe de voie publique entre plusieurs jeunes gens alcoolisés. Une policière a été frappée à la tête avec une perche téléscopique. Légèrement blessée, la fonctionnaire territoriale a été choquée.

Une jeune fille de 18 ans a été interpellée et placée en garde à vue, non sans avoir insulté et menacé de mort les policiers. Une plainte a été déposée par la Ville de Poitiers.

Lire l'article sur actu17.fr

Alès...

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Il semblerait que le Maire d'Alès accumule les "maladresses"

En effet, dans sa commune un véhicule non conforme aux textes et comportant une inscription douteuse circulerait, le véhicule nouvellement affecté aux "policiers ruraux" (?) munis de feux spéciaux...

Celui-ci stationne son véhicule sur un emplacement réservé aux handicapés, quant à ce véhicule, il présente également une anomalie :

"Selon les dispositions du décret n° 89-655 du 13 septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires, seuls le Président de la République, les membres du gouvernement, les membres du parlement, le Président du Conseil constitutionnel, le Vice-Président du Conseil d’État, le Président du Conseil économique et social et les Préfets dans leurs départements (les sous-Préfets dans leurs arrondissements) ont le droit d’apposer une cocarde tricolore sur leur véhicule.

 

Un Maire qui utiliserait ce signe commettrait un délit qui peut aller jusqu’à l’usurpation de signes réservés à l’autorité publique, puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Le fait que des cocardes soient librement vendues dans le commerce est sans incidence sur la gravité des faits."

 

"L'exemple vient d'en haut"...

Newsletter

Connectez-vous pour entrer sur le site

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.