Site de l'USPPM

banniereusppmrevue.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

ROUBAIX (59) – Recrutement présumé illégal d’un colonel de Gendarmerie en qualité d’administrateur territorial, responsable du service de police municipale pour une durée de 5 ans. L’U.S.P.P.M se saisit du dossier.

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Hôtel de ville de Roubaix.

Roubaix, ville la plus pauvre de France, a procédé le 01 novembre 2016 au recrutement d’un colonel de la Gendarmerie Nationale en qualité d’administrateur territorial recruté par voie de détachement sur l’emploi de directeur de la prévention, sécurité et tranquillité publique.

L’arrêté municipal de détachement, que l’U.S.P.P.M s’est fait communiqué par la commune, a été pris sur la base d’un arrêté du Ministère de l’Intérieur, plaçant ce colonel de Gendarmerie en position de détachement auprès de la ville de Roubaix en qualité d’administrateur territorial responsable du service de la police municipale pour une durée de 5 ans.

L’intéressé occupe donc depuis le 01 novembre 2016 la fonction de responsable de la police municipale alors qu’il ne relève pas du cadre d’emplois des directeurs de la police municipale mais de celui des administrateurs territoriaux. Tout ceci bien sûr avec la complicité de l’Etat puisque le Ministère de l’Intérieur l’a détaché pour occuper cette fonction.

Nous pouvons nous interroger sur le contrôle de légalité de l’acte administratif de recrutement par la commune qui a été inexistant malgré sa transmission au Préfet du Nord, sans parler de l’arrêté de détachement du Ministère de l’Intérieur qui va à l’encontre de la Loi en plaçant de fait un administrateur territorial sur un poste de responsable d’un service de police municipale alors que cette fonction doit être occupé par un directeur de police municipale.

Ce détachement est un véritable scandale pour notre profession :

  • Le Ministère de l’Intérieur qui détache un de ses personnels pour occuper un poste dévolu à un directeur de police municipale statutaire

  • Le Maire de Roubaix qui, par délibération du conseil municipal, vient supprimer le rattachement du poste de directeur de police municipale au cadre d’emplois des directeurs de police municipale pour ensuite le rattacher au cadre d’emplois des administrateurs territoriaux. (Dès ce moment, nous pouvons considérer que le Maire avait déjà prévu d’affecter ce colonel de Gendarmerie sur le poste de responsable de la police municipale).

  • La commune de Roubaix qui entérine ce recrutement alors même que le Maire ne peut ignorer que pour occuper le poste de responsable d’un service de police municipale le candidat doit dans ce cas de figure appartenir au cadre d’emplois des directeurs de police municipale.

  • La commune de Roubaix, soi-disant ville la plus pauvre de France, qui rémunère ce colonel de Gendarmerie à l’indice majoré 734 alors que l’indice majoré terminal d’un directeur principal de police municipale est fixé à 658. Et après on vient nous dire que les communes se plaignent de la baisse des dotations de l’Etat ….

  • Le bulletin municipal de la ville de Roubaix et les médias locaux qui se félicite de l’arrivée du « nouvel homme fort de la police Roubaisienne …/… qu’il entend bien changer quelque peu les méthodes face à la délinquance …/… le nouveau chef de la police municipale veut que le sentiment d’insécurité passe du côté des dealers …/… qu’il est venu ici pour être efficace …/… qu’il pratiquera la tolérance zéro »

On pourrait d’ailleurs croire à la lecture de tout ceci que les directeurs de police municipale sont tous incompétents et mal formé pour répondre à la haute technicité du poste. Quelle honte !

Que la commune de Roubaix recrute un directeur de la prévention, sécurité et tranquillité publique est une chose mais l’U.S.P.P.M veillera et s’assurera par tous les moyens légaux que celui-ci n’occupe plus les fonctions de responsable du service de la police municipale.

Les directeurs de police municipale statutaires sont déjà trop peu nombreux en France pour qu’en plus leurs postes d’affectations soient ainsi récupérés par ce genre de détachement de complaisance.

Pour le Bureau National,

Le Président National