Site de l'USPPM

banniereusppmrevue.gif

Clermont-Ferrand, Pas d’armes mais plus de moyens

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Nouvelle réaction du directeur de la communication de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers munnicipaux suite à un article paru dans la presse.

guillemet orange15x15Madame, Monsieur, bonjour
en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article et m’insurger contre les paroles de cet elu je cite :
« Primo, pour éviter que les policiers ne se mettent en danger. Deusio, parce qu’une arme n’empêche pas de se faire abattre. Enfin, parce que les pistolets ne sortent quasiment jamais de leurs étuis, selon l’édile. »
Premièrement les policiers qu’ils soient nationaux ou municipaux sont en danger sur la voie publique le gouvernement a d’ailleurs décrété l’État d’urgence.
Deuxièmement une arme peut empecher un individu de faire un massacre comme nous l’avons vu récemment à Montrouge et dans l’hyper-Cacher, Clarissa Jean Philippe n’a pas pu arrêter la folie meurtrière du sinistre Coulibaly et non seulement elle a été assassinée mais plusieurs autres victimes civiles sont à déplorer
Que ces armes ne sortent jamais de leur étui n’empêche pas le danger quasi-permanent.
Les armes qu’utilisent les malfrats sont des armes de guerre et certains élus employeurs refusent de doter les policiers municipaux sous divers prétextes fallacieux, tout en leur demandant d’exercer des missions de sécurité publique comme le prévoient le Code général des Collectivités Territoriales, ainsi que le Code de la Sécurité Intérieure.
Il est tout à fait inadmissible d'exposer en toute connaissance de cause des fonctionnaires à des risques majeurs considérant que nul ne peut soutenir que la délinquance, la criminalité, le terrorisme ou même simplement la folie des hommes s’arrêteraient aux portes de telle ou telle commune.
En tout état de cause, au cas où l’intégrité physique d’un agent de police municipale etait altérée, (ou pire) les responsabilités seraient très certainement recherchées et engagées et l’élu employeur n’y echappera pas que ce soit sur le plan administratif que sur le plan pénal, l’USPPM y veillera.
Je vous prie d’agréer Madame Monsieur mes salutations distinguées.

M Del Pistoia Jean Louis Directeur national de la communication de l’USPPMguillemet orange15x15ouvert

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.