Site de l'USPPM

banniere animee.gif

Courrier adressé à M le Président de la République

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

 

 

 

Objet : Concours des polices municipales à la nouvelle police de sécurité quotidienne



Monsieur le Président de La République,

En ma qualité de Président National de l’Union Syndicale Professionnelles des Policiers, Municipaux, je tiens à réagir à vos propos relatés par le journal Le Monde dans son article publié le 19 octobre 2017 et  intitulé « Macron esquisse ses ambitions pour la police ».

L’implication des polices municipales dans le cadre rénové d’une énième police de proximité, ne pourra pas se faire sans une prise en compte des revendications de l’ensemble des acteurs de la profession. Dans une époque où toutes les forces de l’ordre sont désarmés face au manque de fermeté de l’autorité, notre profession apparaît être la dernière carte à jouer dans une partie où l’État n’a jamais cessé de perdre du terrain face à la délinquance.

Ainsi, vous comptez solliciter les polices municipales pour ressusciter  une police de proximité qui a déjà connu un échec cuisant par le passé.

Les policiers municipaux occupent de nos jours autant la voie publique que leurs homologues nationaux, ils sont tout autant confrontés aux risques et les victimes du devoir sont de plus en plus nombreuses.

Nous sommes prêts à apporter notre concours à la sécurité du pays telle que vous la concevez mais ceci ne pourra pas se faire sans une réelle prise en compte de nos besoins.

Le travail de terrain se faisant jours après jours de plus en plus pénible et dangereux, la liste des tués en service étant déjà trop longue pour notre corporation,  nous n’accepterons pas de nous engager dans une lutte que les services étatiques ont perdu ; à moins qu’au préalable à ce grand chantier, vous ne décidiez d’imposer à l’Association des Maires de France de rétablir le juste équilibre en terme de rémunération, de retraite, d’équipement de protection individuelle et d’armement entre les policiers municipaux et les policiers nationaux.

Si l’État s’attelait ardemment à lutter contre le détournement d’argent public, argent parfois détourné par des élus de La République, les revendications des policiers municipaux s’appliqueraient sans difficultés et sans aucune charge fiscale nouvelle pour le citoyen.

Aucune nouvelle responsabilité, aucune compétence nouvelle et aucune nouvelle mission dévolues à notre cadre d’emploi n’est envisageable sans un alignement au centime prés de notre salaire sur celui des policiers nationaux, sans l’intégration de nos primes dans le calcul de la pension de retraite et sans une bonification pour le départ à la retraite d’un an tous les cinq ans pour chaque année passée à assurer la sécurité des Français tout comme nos collègues policiers nationaux, gendarmes, douaniers, agents de la fonction publique pénitentiaire et sapeurs pompiers.

Espérant, Monsieur le Président, que la présente retienne votre attention,


Veuillez agréer, Monsieur Le Président l'expression de mes respectueuses salutations.

Le Président National

de l’U.S.P.P.M

Grégory VALETTE

avocatAvocat partenaire de l'USPPM
Maître PELZER Stéphane
Avocat aux barreaux de Paris et de Luxembourg
Docteur en droit public
Ancien gardien de la paix
Pour joindre Maître PELZER, veuillez vous adresser au service contentieux de l'USPPM.