Site de l'USPPM

Banniere_rejoigneznous.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Donges Le maire n'armera pas ses policiers municipaux

Note utilisateur:  / 0

Rréaction à  la presse suite à une article sur la police municipale de DONGES.

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour
en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article www.lechodelapresquile.fr/2016/11/23/sec...oliciers-municipaux/
et poser une question : la police municipale a pour vocation selon les Code Général des Collectivités Territoriales (article 2212-2) et l Code de la Sécurité Intérieure (article 511-1) d’assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques, or comment l'assurer la sécurité d’autrui sans en avoir les moyens suffisants ?
Les administrés paient au travers des impots locaux cette sécurité qu’ils n’ont pas.
Certes les agents sont protegés mais nombre de policiers municipaux sont tombés sous les balles de malfrats et de terroristes sans avoir les moyens de riposter, et ils ne peuvent donc pas assurer la sécurité publique.
Clarissa Jean Philippe policière municipale de Montrouge n’etait pas armée, elle n’a pas pu tenter de mettre hors d’état de nuire le sinistre Coulibaly qui a pu, quant à lui, poursuivre sa folie meurtrière et faire d’autres victimes innocentes.
Dans le cas où un policier municipal verrait son intégrité physique menacée ou pire, les responsabilités seront recherchées et engagées car n’oublions pas que le maire doit s’assurer que les agents placés sous son autorité exercent leurs missions en toute sécurité au regard du Décret n° 2015-161 du 11 février 2015 modifiant le décret n° 85-603 du 10 juin 1985.
La profession ne veut plus compter ses morts à cause du manque de pragmatisme de certains élus.

Je vous prie d’agréer Madame Monsieur mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert

Rennes, des renforts mais toujours pas d'armes

Note utilisateur:  / 0

Encore des arguments bien légers contre l'armement de la police municipale, une réaction s'imposait.

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article www.20minutes.fr/rennes/1961759-20161115...ts-police-municipale
et à ceci en particulier « La police municipale n’a pas vocation à se substituer à la police municipale. Ils assurent des missions de tranquillité publique, de proximité, d’îlotage et non de maintien de l’ordre. L’armement n’est donc pas une réponse, d’autant que cela ne dissuade pas les faits de délinquance », assure la maire de Rennes.
Il est choquant de lire de tels propos, cette élue ne semble pas connaître le Code Général des Collectivités Territoriales (article 2212-2) et le Code de la Sécurité Intérieure (article 511-1) car la police municipale est chargée d’assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques, or comment l’assurer sans en avoir les moyens suffisants ?
Nombre de policiers municipaux sont tombés sous les balles de malfrats et de terroristes sans avoir les moyens de riposter, et il ne s’agissait pas pour eux d’assurer des missions de maintien de l’ordre mais plutôt de proximité

Clarissa Jean Philippe policière municipale de Montrouge n’etait pas armée, elle n’a pas pu tenter de mettre hors d’état de nuire le sinistre Coulibaly qui a pu, quant à lui, poursuivre sa folie meurtrière et faire d’autres victimes innocentes.

Dans le cas où un policier municipal verrait son intégrité physique menacée ou pire, les responsabilités seront recherchées et engagées car n’oublions pas que le (la) maire doit s’assurer que les agents placés sous son autorité exercent leurs missions en toute sécurité au regard du Décret n° 2015-161 du 11 février 2015 modifiant le décret n° 85-603 du 10 juin 1985.

Je vous prie d’agréer Madame Monsieur mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert

SANARY et l'armement dans la presse

Note utilisateur:  / 0

Volonté de la mairie de SANARY de ne pas armée la Police Municipal, réaction immédiate du service communication  du syndicat.

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article www.ouest-var.net/actualite/sanary-un-no...unicipale-12333.html
En effet quelle ne fut pas ma surprise de lire les propos de Monsieur Ferdinand Bernhard, « Lors des attentats, les policiers municipaux armés sont tous morts ! »
Clarissa Jean Philippe policière municipale de Montrouge ne l’etait pas ! Elle n’a pas pu tenter de mettre hors d’état de nuire le sinistre Coulibaly qui a pu, quant à lui, poursuivre sa folie meurtrière et faire d’autres victimes innocentes. Nombre de policiers municipaux sont tombés sous les balles de malfrats et de terroristes sans avoir les moyens de riposter. La police municipale est chargée selon le Code Général des Collectivités Territoriales (article 2212-2) et le Code de la Sécurité Intérieure (article 511-1) d’assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques, or comment l’assurer sans en avoir les moyens suffisants ?
Dans le cas où un policier municipal verrait son intégrité physique menacée ou pire, les responsabilités de l’élu employeur seront recherchées et engagées car il aura failli a son devoir de s’assurer que les agents placés sous son autorité exercent leurs missions en toute sécurité au regard du Décret n° 2015-161 du 11 février 2015 modifiant le décret n° 85-603 du 10 juin 1985.
La profession ne veut plus compter ses morts à cause du manque de pragmatisme de certains élus.guillemet orange15x15ouvert

Voisins-le-Bretonneux opposé à l'armement: des arguments bien légers

Note utilisateur:  / 0

Nouvelle réponse de notre directeur de la communication dans la presse suite à l'article paru sur leparisien.fr

guillemet orange15x15Madame, Monsieur bonjour
En ma qualité de directeur national de la communication de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux je souhaiterais réagir à votre article www.leparisien.fr/voisins-le-bretonneux-...-10-2016-6255858.php, en effet, il est question d'élus opposés à la dotation de moyens de protection et de défense des policiers municipaux, les arguments semblent bien légers : les policiers municipaux sont chargés d'assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques selon l'article L 2212-2 du CGCT ainsi que l'article 511-1 du Code de la Sécurité Intérieure, de plus une arme a la ceinture n'a jamais empêché d'effectuer des missions de prévention et de proximité.
La liste des victimes du devoir dans la profession ne cesse de croître et les agents n'avaient pour la plupart pas les moyens de riposter , attend -ton d'un policier qu'il se mette à l'abri au lieu de protéger autrui ?
Quant au coût, à combien estime t-on l'intégrité physique d'un agent de police municipale ou d'un administré ?
Il serait grand temps de faire preuve de pragmatisme et de doter tous les policiers municipaux de moyens suffisants pour qu'ils exercent toutes leurs missions en sécurité.
Je vous prie d'agréer Madame,Monsieur mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert

Conseil municipal de Auzeville-Tolosane: pas de décisions sur le port d'arme

Note utilisateur:  / 0

Nouvelle réaction qui prouve l'attachement de l'USPPM à défendre le quotidien des agents de terrain.

guillemet orange15x15Madame, Monsieur bonjour

En ma qualité de directeur national de la communication de l'Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article www.ladepeche.fr/article/2016/10/14/2438...-le-port-d-arme.html, en effet nous pouvons apprendre que Monsieur le maire de Auzeville-Tolosane est opposé à doté les policiers municipaux de sa commune de moyens de protection et de défense, il est bon de rappeler d'ailleurs que cette décision lui appartient et à lui seul, il n'y avait donc pas lieu de passer devant le Conseil Municipal.

Les arguments concernant les missions de ces agents semblent bien dérisoires, combien de policiers municipaux ont perdu la vie alors que leur role principal n'etait pas l'ordre public ?

Quant au cout, on peut se poser la question de savoir à combien evalue t-on l'intégrité physique d'un agent et au dela d'un administré ?

Car selon le Code Général des Collectivités Territoriales (article L 2212-2) et le Code de la Sécurité Interieure (article 511-1) les policiers municipaux sont chargés d'assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques, or comment assurer la protection d'autrui et la leur s'ils n'en ont pas les moyens ?

Il est bon de rappeler que le maire doit s'assurer que les agents placés sous son autorité exercent leurs missions en toute sécurité également, si un agent venait à etre blessé ou tué ses reponsabilité d'employeur risqueraient d'être recherchées et engagées sur le plan pénal, l'USPPM y veillera

Je vous prie d'agréer Madame, Monsieur, mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert

Nantes refuse d'armer sa PM, réaction de l'USPPM

Note utilisateur:  / 0

Tous les jours les membres de l'USPPM scrutent les articles des dufférents afi de pouvoir réagir au plus vite et ainsi user de son droit de réponse. C'est ainsi que suite à l'article de ouest-france.fr le directeur de la communication Jean Louis DEL PISTOIA a écrit au journal pour les informer de la situation dans laquelle se trouvent certains d'entre nous

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article  en effet, il est question de refus d’une élue ( Johanna Rolland) de doter les policiers municipaux de moyens de défense sous prétexte que les missions de ceux-ci sont différentes de celles des policiers nationaux.
Cette position est déplorable car nombre de policiers municipaux sont tombés sous les balles de malfrats et de terroristes sans avoir les moyens de riposter.
Clarissa Jean Philippe (paix à son âme) à Montrouge n’a pas pu tenter de mettre hors d’état de nuire le sinistre Coulibaly qui a pu, quant à lui, poursuivre sa folie meurtrière et faire d’autres victimes innocentes.
La police municipale est chargée selon le Code Général des Collectivités Territoriales (article 2212-2) et le Code de la Sécurité Intérieure (article 511-1) d’assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECRITE publiques, or comment l’assurer sans en avoir les moyens ?
Faudra t-il doter tous les administrés de gilets pare balles ?
Attend t-on d’un policier qu’il se mette à l’abri dans une situation où il doit assurer la protection de ceux-ci  et qu’il assiste impuissant à une tuerie ?
Dans le cas où un policier municipal verrait son intégrité physique menacée ou pire, les responsabilités de cette élue seront recherchées et engagées car elle aura failli a son devoir de s’assurer que les agents placés sous son autorité exercent leurs missions en sécurité au regard du Décret n° 2015-161 du 11 février 2015 modifiant le décret n° 85-603 du 10 juin 1985.
L’USPPM y veillera.
Je vous prie d’agréer Madame Monsieur mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert

OUTREAU, la PM armée ... de taser...

Note utilisateur:  / 0

Suite à Cet article paru dans le média lasemainedansleboulonnais.fr le service communication de l'USPPM a réagit en usant de son droit de réponse dans la presse. Voici le contenu du courrier:

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article www.lasemainedansleboulonnais.fr/fait-di...r-des-ia680b0n185397 en effet, il est question de doter les policiers municipaux de pistolets à impulsions électriques.

Ce choix ne semble pas très judicieux car face à un individu lourdement armé ou à bord d’un véhicule lancé dans la foule (comme nous l’avons vu à Nice) cette arme n’est pas suffisante ni pour protéger autrui ni les policiers eux mêmes. Le PIE est une arme intermédiaire et non pas de substitution.

Nombre de policiers municipaux sont tombés sous les balles de malfrats et de terroristes sans avoir les moyens de riposter. Clarissa Jean Philippe (paix à son âme) à Montrouge n’a pas pu tenter de mettre hors d’état de nuire le sinistre Coulibaly qui a pu, quant à lui, poursuivre sa folie meurtrière et faire d’autres victimes innocentes.

La police municipale est chargée selon le Code Général des Collectivités Territoriales (article 2212-2) et le Code de la Sécurité Intérieure (article 511-1) d’assurer le bon ordre, la salubrité, la tranquillité mais également la SECURITE publiques, or comment l’assurer sans en avoir les moyens suffisants ?

Dans le cas où un policier municipal verrait son intégrité physique menacée ou pire, les responsabilités de l’élu employeur seront recherchées et engagées car il aura failli a son devoir de s’assurer que les agents placés sous son autorité exercent leurs missions en toute sécurité au regard du Décret n° 2015-161 du 11 février 2015 modifiant le décret n° 85-603 du 10 juin 1985.

La profession ne veut plus compter ses morts à cause du manque de pragmatisme de certains élus.Je vous prie d’agréer Madame Monsieur mes salutations distinguéesguillemet orange15x15ouvert

Wimille et les agents vacataires

Note utilisateur:  / 0

Nouvelle réaction de l'USPPM dans lavoixdunord.fr suite à l'article concernant l'embauche d'agents vacataires renforçant la police municipale de Wimille

guillemet orange15x15Madame Monsieur bonjour en ma qualité de directeur national de la communication de l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux, je souhaiterais réagir à votre article, en effet il est question d’agents vacataires devant effectuer des missions de sécurité publique.
Or le CGCT et l’ article L 2212-2 ainsi que l’article 511-1 du Code de la Sécurité Intérieure ne mentionnent ces agents.
Il y a donc lieu d’être vigilant concernant les missions de ces agents :
La circulaire NOR/INT/D/99/00095/C précise en son article 1-4-1-1 « L’article 7 de la loi, modifiant l’article L412-49 du code des communes pose en règle que les agents de police municipale quel que soit leur grade ne peuvent être que des fonctionnaires territoriaux. La loi prohibe ainsi clairement le recrutement d’agents « supplétifs » exerçant des missions de police municipale en dehors dudit cadre d’emploi (…)
L’article 433-12 du Code Pénal précise « est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende le fait par toute personne agissant sans titre de s’immiscer dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant l’un des actes réservés au titulaire de cette fonction ».

De plus ces agents risquent de prendre des risques qui ne font pas partie de leurs prérogatives et de ce fait l’élu employeur risque, quant a lui, de voir ses responsabilités pénales engagées en cas de blessures s’il est démontré que ces agents effectuaient des missions de sécurité publique.

Je vous prie d’agréer Madame Monsieur mes salutations distinguées.guillemet orange15x15ouvert