Site de l'USPPM

banniere_animee.gif

Rodez: décés du DGA l'employeur public est également responsable

Note utilisateur:  / 0

Dans cette affaire l’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux (USPPM) relève que la direction de la police municipale n’appartient qu’aux seuls cadres l’emploi
de la police municipale, des décisions de divers tribunaux administratifs le confirment (TA de NANCY-USPPM c/Cne de VERDUN; CAA DE MARSEILLE-Cne de NICE
c/SDPM).


En confiant une telle fonction au Directeur Adjoint Général des Services il peut paraitre évident que celui-ci a été exposé à des risques qui ne sont pas les siens, ne disposant ni de formation requise, ni même de moyens de protection.


L’USPPM présente ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Monsieur Pascal Filoé et souhaite que la justice estime nécessaire l’ouverture de deux enquêtes distinctes, l’une relative aux faits eux mêmes, et l'autre visant à mettre en évidence l'existence ou pas de manquements à une ou plusieurs obligations qui pourraient être le fait de l'employeur public, de telles obligations résultant du Code du Travail rendu applicable au travers du décret n° 85-603 du 10 juin 1985 modifié aux fonctionnaires territoriaux en matière de sécurité au travail. Il paraitrait tout à fait anormal que la justice n'enquête pas sur l'existence de manquements lorsqu'il s'agit d'employeurs publics à contrario lorsqu'il s'agit d'employeurs privés soumis à des enquêtes systématiques lors d'accidents graves du travail, des employeurs privés qui sont quant à eux parfois conduits à rendre des comptes devant la justice. Il est bon de préciser que cet élu aurait déclaré pour s’opposer à l'armement des policiers municipaux que RODEZ n'était pas Marseille, ni la Courneuve, RODEZ était l'une des ville la plus sûre de France, la réalité vient de le rattraper, la folie des hommes ne connaissant pas les limites d'aucune commune.

Le bureau national de l’USPPM

 

Téléchargements : 24

L'USPPM adresse un courrier au Procureur de la République de MONTPELLIER, en recherche des responsabilités de l'employeur public, suite au décès de Monsieur Pascal FILOE, DGA de Ville De Rodez, "responsable de la Police Municipale"

Téléchargements : 12

L'USPPM intervient dans les GG sur l'armement de PM

Note utilisateur:  / 0

 

Un rapport parlementaire remis ce mardi au gouvernement prône la généralisation de l'armement des policiers municipaux. Une mesure indispensable, explique dans les Grandes Gueules Grégory, policier municipal armé dans les Bouches-du-Rhône.

Grégory est policier municipal à La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône. Il fait partie des agents municipaux armés, et ne comprend pas la polémique autour de l'armement des policiers municipaux, que propose un rapport parlementaire remis ce mardi au gouvernement. Il s'est insurgé dans les Grandes Gueules contre ceux qui s'opposent à la généralisation du port d'armes pour les policiers municipaux. "L'employeur public, les politiques et les journalistes qui sont contre l'armement, tous ces grand utopiques (sic), il faudrait qu'ils prennent le poids de leur responsabilité si un jour un agent ne peut pas se sortir d'une situation périlleuse parce qu'il n'est pas armé. Aujourd'hui le danger est réel, on l'a encore vu à Paris 19e".

"C'est faux de dire que les policiers municipaux ne sont pas formés"

"Le premier des risques c'est d'avoir un policier municipal qui soit une cible potentielle sur le terrain, comme l'histoire l'a tragiquement montré avec els décès d'Aurélie Fouquet et de mademoiselle Clarissa Jean-Philippe. Les policiers municipaux désormais sont des cibles".

S'il reconnaît qu'il n'a jamais utilisé son arme de service, il réfute les accusations selon lesquelles les policiers municipaux ne sont pas formés au maniement des armes. "C'est faux de dire que les policiers municipaux ne sont pas formés. Nous disposons certes d'écoles régionales et non pas nationales, mais nous disposons de moniteurs en maniement des armes et en tirs eux-mêmes formés par les plus grandes instances de la police nationale. Et nos sessions de formation répondent à des protocoles strictes et rigoureux"

Ecouter l'intervention sur RMC

les gg site

P. G. avec les GG

 

PORDIC LES BISOUNOURS SE REBELLENT

Note utilisateur:  / 0

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR PHILIPPE SCAVINER

 par M. Bernard VELLUTINI

 

-Qui aurait pu un jour croire possible et imaginable ce qui s’est produit à PARIS le 13 Novembre 2015 ?

-Qui aurait pu croire ce qui s’est produit à MONTROUGE ou l’une des nôtres à fait le sacrifice bien inutile de sa vie, sans arme, n’ayant pu rien tenter pour empêcher le sinistre Coulibaly de poursuivre et abattre 4 autres victimes innocentes dont nous pouvons penser que les vies auraient pu être sauvées ?

-Qui aurait pu croire ce qui s’est produit à NICE où les policiers municipaux armés assistés de leurs collègues de la Police Nationale, faisant preuve d’un courage particulier ont mis fin à un véritable massacre ?

-Qui aurait pu croire ce qui s’est produit à MARSEILLE gare St Charles ?

-Qui aurait pu croire ce qui s’est passé tout récemment à TREBES petite bourgade sans histoire de 7000 habitants loin d’être Chicago , aussi calme que PORDIC sans doute ?

Pourtant tous ces faits se sont bien produits, ils ne sont pas le fruit de l’imaginaire, mais une réalité, loin de la planète « Uthopia ».

Cette réalité Monsieur loin des dogmes politiques d’un autre temps est de celle que les policiers municipaux les primo intervenants vivent au quotidien dans nos communes, celle de la violence sous toute ses formes, une violence parfois soudaine et incontrôlable qui frappe aveuglément.

Notre histoire, celle de notre profession , nous rappelle, ce chaque jour, au travers d’un nombre sans cesse croissant de blessés graves, y compris par balle, nos 14 victimes du devoir depuis 1986, cette violence bien réelle qui nous entoure, nul ne pouvant soutenir que la délinquance, la criminalité, le terrorisme, ou même la simple folie des hommes pourraient s’arrêter aux portes de telle ou telle commune, pas plus à PORDIC qu’ailleurs. Osez le soutenir, Monsieur si vous avez ce courage, celui dont font preuve chaque jour plus de 18.000 hommes et femmes dans vos communes.

Alors que les employeurs privés assurent la sécurité de leurs employés, auriez vous la prétention d’interdire aux policiers municipaux, dont vous ne connaissez rien du travail, ni même des risques auxquels ils s’exposent au quotidien pour assurer la sécurité des autres, de pouvoir disposer d’une certaine sécurité au travail, de pouvoir rentrer chez eux auprès de leur petite famille une fois leur service terminé ? Osez Monsieur, je ne manquerais pas de vous le rappeler lorsque l’un des nôtres tombera impuissant à PORNIC ou ailleurs et nous verrons bien quel sera alors votre courage face aux familles des victimes.

Votre Maire à cette obligation, celle d’un employeur d’assurer la sécurité des policiers municipaux, une obligation qui lui est faite par la loi, oseriez vous l’empêcher de remplir celle-ci et lui demander ainsi de prendre le risque d’aller en prison pour avoir failli à une telle obligation ?

CNFPT ne rime pas avec sécurité

Note utilisateur:  / 0

L'USPPM soucieux de la sécurité des policiers municipaux saisit Monsieur DELUGA président du CNFPT

Téléchargements : 66

Entretien des EPI

Note utilisateur:  / 0

L’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux au terme de deux CHSCT obtient sur la base de plusieurs Arrêts de la chambre sociale de cassation qui précisent que l’entretient des EPI est à la charge de l’employeur, un avis favorable de Monsieur le Maire de Lunel au principe de prise en charge par la collectivité de l’entretien de la housse des gilets pare balle selon des modalités qui restent à définir.
L’Union Syndicale Professionnelle des Policiers Municipaux qui sera attentive au suivi de ce dossier remercie Monsieur le Maire de Lunel pour l’intérêt dont il a fait preuve sur le sujet.

Wissous Le ministère et le Président nous répondent

Note utilisateur:  / 0

Suite à l'intervention de l'USPPM concernant l'affaire WISSOUS auprès de la préfecture et de l'Etat, Mr le ministre de l'intérieur et Mr le Président de la république nous répondent.

 Ministère 001

page2

TÉLÉCHARGER LE COURRIER EN PDF

LA CCPM UNE SUPERCHERIE

Note utilisateur:  / 0
CCPM une supercherie

Le 20 juin 2018 serait prévue une réunion de cette grande guignolade sans nom pompeusement dénommée Commission Consultative, une Commission véritable vestibule de l’AMF, une Commission dont il apparaît en l’état, sauf à ce que Monsieur le Ministre de l’Intérieur décide d’ici là d’annuler son Arrêté, contrevenir aux dispositions de l’article R.514-1 du CSI dans sa composition.

Pouvons nous espérer, que les fers de lance, depuis longtemps émoussés, les représentatifs puissent avoir cette audace, ce courage, de refuser de siéger devant une Commission illégalement composée, en présence d’un collège de maires non représentatifs ou au contraire se satisferont-ils comme ils en ont l’habitude de dénoncer cette illégalité une fois assis à la table, une illégalité contre laquelle il ne semble à cette heure n’avoir rien entrepris et boire la lie qui leur sera servie ?

Quelle crédibilité avoir aux yeux de la profession dont on en charge la défense des intérêts sur le plan professionnel et social alors même que l’on accepterait de siéger dans un tel machin illégalement constitué ?

Les policiers municipaux seront les juges de cette crédibilité, des policiers municipaux dont il ne pourra être sérieusement soutenu dans de telles circonstances que leurs intérêts seraient ou auraient été défendus face à des maires incompétents à siéger et qui n’y ont de surcroît aucun intérêt, la police municipale leur étant totalement étrangère au point de ne pas avoir de policiers municipaux dans leur commune.

Combien de temps encore les policiers municipaux se laisseront-ils abuser par un tel machin et tromper par celles et ceux qui disent défendre leurs intérêts professionnels et sociaux ?
Combien de temps faudra-t-il pour pousser la porte des syndicats professionnels indépendants qui ne s’accoquinent ici ou là avec personne ?

Le Bureau National

Nice où l'incohérence règne

Note utilisateur:  / 0

L'USPPM a saisi le maire de NICE concernant sa décision de poster un agent de police municipale NON ARME au sein des écoles.

C'est le DGS de la commune qui nous répond. Une réponse dirons nous, plutôt incohérente....

réponse DGS nice p1image2 image3 image4

Télécharger les courriers en PDF