Site de l'USPPM

banniere animee.gif

La Revue

Le Pack USPPM

pack usppm

Adhésion

BulletinAdhesionthumb

Derniers Communiqués

newsletter-bg

Le nouveau numéro de la revue de l'USPPM est là!

Note utilisateur:  / 0

La revue de l'USPPM du mois de juin 2017 est dans les bacs. Vous pourrez y retrouver certaines des actions menées par notre Syndicat au cours de l'année.

N'hésitez pas à vous abonner gratuitement pour la recevoir dans votre boîte aux lettres.

Vous pouvez aussi la télécharger au format pdf en cliquant sur l'image ci-dessous.

revueusppm17

Formulaire d'abonnement gratuit

Fusion SNPM - USPPM

Note utilisateur:  / 0

 

 logo SNPM logo usppm officiel

 

La fusion absorption SNPM – USPPM a rencontré quelques problèmes techniques. Elle est reportée, sans être remise en question. Ce travail se poursuit de façon sereine entre les deux syndicats.

Le Bureau National

 

SNPM - USPPM

Note utilisateur:  / 0

 

 logo SNPM logo usppm officiel

 

Depuis le 19 mai 2016 et la signature d’une convention de partenariat en matière de communication, l’USPPM et le SNPM ont uni une partie de leurs forces au service de notre profession.

Le but affiché étant de ne parler que d’une seule et même voix pour plus de cohérence et de force.

En ces temps difficiles pour l’ensemble des membres des forces de l’ordre auxquelles nous appartenons, force est de constater que la police municipale est encore largement oubliée par ceux qui nous gouvernent alors que nous sommes plus de 20 000 sur le terrain.

Malgré les attentats, l’état d’urgence et le plan Vigipirate, nos revendications sur l’armement piétinent et le volet social n’est toujours pas pris en compte sérieusement.

La grande majorité d’entre nous sont encore dépourvus des moyens nécessaires à leur protection et leur défense alors qu’au même moment le ministère de l’intérieur autorise ses fonctionnaires de police à porter leurs armes hors service …..

Le gouvernement et l’Association des Maires de France freinent toutes discutions en la matière et la Commission Consultative des Polices Municipales est un fiasco.

Nous ne devons plus supporter les rafistolages ridicules et certains « usages » qui perdurent dans notre profession (prêts par l’Etat d’un armement obsolète aux Maires qui souhaitent armer leurs PM, interopérabilité des réseaux de communication extrêmement coûteux pour les communes, le détournement de certaines de nos missions au bon vouloir des nos employeurs, les régies de marchés, les Maires qui trop souvent encore désignent les DGS ou des fonctionnaires contractuels hors cadres d’emplois comme supérieurs hiérarchiques de leurs policiers municipaux, les évaluations professionnelles qui ne respectent pas le décret d’application etc ……)

Il était donc temps que les deux plus anciens syndicats professionnels de PM, qui représentent une grande partie des policiers municipaux syndiqués, réagissent crescendo pour insuffler une nouvelle dynamique.

Depuis le 19 mai 2016, nos deux syndicats ont travaillé ensemble pour communiquer et interpeller le gouvernement.

Il s’agit maintenant d’aller encore plus loin dans notre démarche d’unification en alliant l’ensemble de nos compétences respectives.

Raison pour lesquelles, nos deux bureaux nationaux procéderont à une modification de leurs statuts durant le mois de septembre 2016 pour donner naissance au syndicat SNPM-USPPM.

Celui-ci deviendra de facto l’organisation syndicale la plus représentative des policiers municipaux en termes d’adhérents et sera un représentant incontournable de la profession de par son maillage national.

Cette légitimité nous nous en servirons d’une part pour pouvoir être enfin représenté à terme partout où les avis seront demandés et où les décisions nous concernant seront prises et d’autre part en faisant dire le droit partout où cela sera nécessaire.

Nous avons donc décidé de nous unir pour mieux servir.

Cette fusion s’effectuera de manière transparente pour nos adhérents qui pourront continuer de nous solliciter à chaque fois que nécessaire. Rien ne changera à ce niveau.

Le SNPM-USPPM sera dirigé par un seul Bureau National qui regroupera des membres du SNPM et des membres de l’USPPM. Il sera dirigé par un Président et un Vice-Président. De même, un seul service contentieux sera chargé de gérer les dossiers qui se présenteront.

De cette manière, des économies de fonctionnement pourront être réalisées et redistribuées par la suite sur d’autres secteurs d’activités.

Comme l’ensemble de nos adhérents, les membres du Bureau National de l’USPPM et du SNPM sont des policiers municipaux en activités qui travaillent sur leur temps de repos pour faire avancer cette profession qui mérite une meilleure reconnaissance.

Contrairement aux organisations syndicales dites « représentatives » de la FPT, nous ne percevons aucune subvention de l’Etat. Les policiers municipaux appartiennent à la FPT et il est temps qu’ils soient entendus.

Notre pays vit une période difficile durant laquelle les membres des forces de l’ordre payent le prix de leur engagement. Nous n’attendrons pas un décès de plus pour nous unir et faire face.

Nous croyons en la réussite de ce projet et nous vous demandons de nous accorder votre confiance.

 

clicTélécharger le communiqué au format pdf clic

LES SYNDICATS SNPM ET USPPM COLLABORENT DANS LEURS COMMUNICATIONS

Note utilisateur:  / 0
logo usppm officiel   LOGO SNPM

LES SYNDICATS SNPM ET USPPM COLLABORENT DANS LEURS COMMUNICATIONS

Debreu Jofre

Le 19 mai 2016 à Lyon, les Présidents des syndicats SNPM Jean Marc JOFRE et USPPM Benjamin DEBREU ont signé une convention pour mettre en œuvre une communication conjointe. Cette collaboration a pour but d'accroitre la portée des revendications communes et des actions auprès du gouvernement ou de tout autre organisme décisionnaire.

Le grand Fournas E18 - 203 Boulevard Colonel Lafourcade - 83300 DRAGUIGNAN

 

Les policiers peuvent-ils protéger?

Note utilisateur:  / 0

Alors que le débat fait la une des journaux en ce qui concerne l'armement des policiers municipaux, il serait bon de signaler que dans l'état actuel, les gardiens de la paix tout comme les policiers municipaux dotés d'armes de poing ne peuvent plus assurer la protection de la population.

Lors de la tuerie du Bataclan, par exemple, les images nous ont montré le manque de moyens des forces de l'ordre, ne s'agissait-il pas de mouvement de repli des policiers nationaux, arrivés les premiers sur les lieux ?

Et la mise en place d'un périmètre de sécurité, en attendant l'arrivée des unités d'élite, pendant que les terroristes pouvaient se livrer à un massacre, n' est-ce pas révélateur de leur manque de moyen adapté également ?

Si les policiers municipaux n'ont pas en charge la lutte contre la grande criminalité, ni même le terrorisme, bien loin de leurs prétentions, considérant qu'ils sont la POLICE DE PROXIMITE et qu'ils sont bien souvent les premiers à intervenir sur les faits, il est essentiel qu'ils ne soient pas rendus à l'impuissance, disposer des moyens de faire échec à de telles attaques, en tous les cas de pouvoir en réduire les conséquences.

A l'heure actuelle aucun policier municipal armé ou pas, ne dispose des moyens de pouvoir prétendre à faire échec à de telles attaques, ni même au mieux, de pouvoir en limiter les conséquences pour les citoyens, les armes dont  sont dotés les policiers municipaux et celles qui sont mises à leur disposition par le Ministère de l'Intérieur sont obsolètes et ne correspondent plus à la réalité du terrain et le citoyen doit en avoir conscience.

Les policiers municipaux garants des lois républicaines ne demandent qu'à disposer des moyens de PROTEGER les citoyens et non de rester dans la situation qui est la leur actuellement faute de volonté politique, celle de l'impuissance, ce qui est inacceptable.

Beauvais suite et fin ... ?

Note utilisateur:  / 0

PHOb4a0b978-9db8-11e4-bb59-929f980fc9a1-805x453.jpgLa "consultation citoyenne" de Beauvais sur l'attribution d'armes aux policiers municipaux a eu lieu,  les habitants de cette commune de l'Oise ont répondu «non» à 67%.
La participation a toutefois été très faible, n'atteignant que 18,6%.

Dans l'Oise, les policiers municipaux de Chantilly peuvent porter une arme, tandis que le maire de Compiègne, Philippe Marini (Les Républicains), a sollicité une autorisation préfectorale pour ses policiers.

Les beauvaisiens ont parlé, leur choix a été pris en compte mais lorsque l'un d'eux se trouvera dans une situation périlleuse et que des policiers municipaux faute de moyens, ne pourront pas le protéger il ne pourra que s'en prendre à lui-même.

Lorsque l'on déplore des victimes du devoir dans la profession, victimes dont la plupart ne disposait pas de moyens d'assurer la sécurité d'autrui et la leur, cette décision manque cruellement  de pragmatisme, quant aux responsabilités de Madame le sénateur-maire de Beauvais, Caroline Cayeux, qui n'a semble t-il pas su prendre seule une telle décision, au cas où un agent venait à être blessé ou pire tué en service, elles seront tout de même recherchées et engagées sur le plan administratif mais également pénal, s'il est démontré qu'elle a failli à son devoir de s'assurer que les agents placés sous sa responsabilité exercent leurs missions en sécurité.
Car cette consultation ne l'exonère en rien.

L'USPPM y veillera.

Communiqué de l'USPPM : La CCPM

Note utilisateur:  / 0

La Commission Consultative des Polices Municipales s'est réunie et plusieurs groupes de travail ont été mis en place, voici en quelques lignes l'essentiel,(réaction à chaud de l'USPPM).

Concernant les moyens de protection et de défense des policiers municipaux, il ressort que

sur 275 communes qui ont fait des demandes pour les armes mises à disposition, 77 de ces demandes seraient recevables et 8620 gilets pare balles ont été subventionnés par l'Etat.

Il y aura une formation préalable pour les armes de catégorie D.

La sécurité des ASVP à été prise en compte mais pas de statut en vue.

Il semblerait donc que le Ministère de l'Intérieur ait pris en considération l'intégrité physique des agents, malgré la libre administration des collectivités territoriales qui empêcherait de généraliser ces moyens.

Concernant l'accès aux fichiers

l'accès au portail internet se fera par mot de passe (identification, immatriculation ou numéro de série et SNPC permis de conduire) le FOVES (véhicules volés) se fera par l'intermédiaire du PDA lors des verbalisations.

Statut quo en ce qui concerne les moyens radio en l'absence de demandes récurrentes des collectivités.

Les brigades cynophiles n'ont pas été oubliées, une doctrine d'emploi devrait voir le jour , le dossier, il est bon de le rappeler a été initié par la CFTC-PM.

La question du port de la tenue pendant les liaisons formations a été soulevée : en attente de solution.

Le volet social a également été survolé mais au regard des baisses des dotations de l'Etat, l'Association des Maires de France est frileuse à toute évolution.

Peut-on alors parler d'avancées ? De nombreux élus employeurs ont opté pour une police municipale armée mais aucun texte législatif ne le généralise, quant au volet social il n'est toujours pas à l'ordre du jour.

Devions nous nous attendre à plus, les disparités concernant les doctrines d'emploi locales étant si importantes ?

Si certains se félicitent déjà, l'USPPM constate que le compte n'y est toujours pas !

 

 

télécharger le communiqué pour affichage:

Nom du Fichier : Communiqué de l'USPPM : La CCPM

La sanction du maire de Sanary

Note utilisateur:  / 0

url.jpegNous étions habitués au manque de pragmatisme de certains élus employeurs concernant le refus de doter de moyens de protection et de défense les policiers municipaux mais à Sanary sur mer, le trophée revient à monsieur la maire Ferdinand Bernhard.

 En effet, celui-ci n'aurait rien trouvé de mieux que de sanctionner les policiers municipaux en les désarmant, jouant ainsi avec la vie des fonctionnaires et des habitants puisque selon le Code Général des Collectivités Territoriales et la Code de la Sécurité Intérieure la Police Municipale a pour mission (entre autres) d'assurer  la sécurité publique.

 Leurs missions n'ont pas changé, en aucun cas il n'est question de mesures conservatoires mais parce que celui-ci est vexé de la tournure d'un événement, il ne tient plus compte de l'intégrité physique  des agents placés sous sa responsabilité.

 Les motivations qui ont conduit cet élu de la République à prendre cette décision sont inacceptables, on ne joue pas avec la vie de fonctionnaires chargés d'assurer la sécurité d'autrui, alors que la profession est encore sous le choc de l'assassinat de Clarissa Jean Philippe de Montrouge et que le plan "vigipirate attentat" est à un niveau élévé.

 Concernant  l'incident survenu lors d'un conseil municipal, qui a mis le feu aux poudres, le préfet a fait savoir qu' "une procédure étant en cours", il ne souhaitait faire "aucun commentaire"...

 En tout état de cause, Monsieur le maire risque de voir ses responsabilités pénales engagées si un agent de police municipale venait à être blessé ou tué en service.

(Sources NiceMatin)